.blanckoulbak

lettrineD3ptepuis que je t’ai volé cette photo de toi il y a vingt cinq ans
Depuis que j’ai vu cette bouche gourmande, ces yeux caressants
Depuis que j’ai lu cette morgue juvénile, cette innocence, cette sensualité
Je ne peux me départir de ce sentiment étrange de t’être infidèle
De te tromper avec un jeune homme fougueux
dont je vois le visage quand je ferme les yeux
Ce jeune homme si attirant
dont j’aurais pu tomber amoureuse
et qui m’aurait brisé le coeur

Dessin à la pointe d'argent de Victor Koulbak