27 novembre 2007

goémoniers

romenade dans les dunes en pays d'Iroise. Au détour du chemin, nous découvrons un four à goémon (le mot "goémon" est un des rares mots français d'origine bretonne, remember ?), fosse longue et étroite, tapissée de pierres. Ces fours ne servent plus guère de nos jours. La récolte de goémon sur les plages était jadis pratiquée par les femmes et les enfants pour gagner quelques sous. Mon breton se rappelle avoir, pendant les vacances de son enfance, récolté le « pioca »* (il disait tapioca) algue frisée rouge, utilisée en... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 09:48 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

04 octobre 2007

sortez vos cahiers de musique !

Je cherchais un CD de Prokofiev(oui, j'en ai parlé il n'y a pas longtemps, ou plutôt je te l'ai fait écouter) et je tombe sur ça : "Masters of the piano roll -  Prokofiev plays Prokofiev". Je me dis "Au poil ! Mieux vaut s'adresser au bon Dieu qu'à ses saints !", sans penser, dans ma grande naïveté, que Prokofiev est mort en 1953 et qu'un enregistrement de cette époque serait inaudible selon nos standards actuels, même très retravaillé. * Et en lisant la notice du CD, je réalise que c'est un piano... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 11:05 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
31 août 2007

what's your name ?

L'idée m'est venue en entendant un reportage à la radio, réalisé par un Gregory Jenesaispasquoi, et je me suis dis "y'a quand même des prénoms drôlement connoté !..."   Le 16 oct 1984 le corps du petit                                                                          ... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 11:41 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
28 mai 2007

geisha

La geisha esseulée pleure des larmes amèresElle pleure son amant partiElle pleure son plaisir éphémèreElle était nueLa tristesse la rhabilleCe plaisir qu'elle a donnéElle voudrait qu'on le lui rendeMais dilué, étiré .    Qu'on l'agrandisseQu'on l'assagissePas qu'on l'affadisseQu'on en tricote des chaussettesPour tenir chaud au litEt une écharpe longue, longueQui durerait toute la vieS'enroulerait autour de son cou
Posté par madamedekeravel à 11:47 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
09 mai 2007

Un mot de trop

J’aspirais avec volupté son odeur, son odeur d’après l’amour. Nous étions allongé l’un contre l’autre. La pénombre floutait les contours de son corps aux couleurs de pain d’épice. Je palpais du bout des doigts la moiteur de sa peau. J’ai murmuré la bouche contre son cou « c’est bon de faire l’amour avec toi ! ». Il a répondu par un grognement, anesthésié par la léthargie post-coïtale qui l’alanguissait de la tête aux pieds. Enhardie par sa mollesse et son attitude inoffensive, j’ai osé un « Est-ce que tu m’aimes ? ». Ça a été... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 12:51 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
11 mars 2007

Formosa

(Formosa - collection personnelle - droits réservés) Comme chaque mercredi quand il fait beau, j’ai pris mon vélo et je suis allé sur la digue du break. Mes copains sont tous partis au foot, mais moi le foot j’aime pas trop ça, ou alors dans les buts, pour avoir le temps de penser à autre chose. J’ai d’abord traversé le port. Port de plaisance, avec tous ces petits voiliers balançant les uns contre les autres, comme des mouettes qui se reposent sur l’eau. Port de commerce avec des rails luisants qui traversent la route sans crier... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 17:10 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

03 février 2007

La vie de Jérôme Lefebure

uand Jérôme Lefebure est mort, c’est moi qui ai été chargé d’écrire sa nécrologie. Il fallait bien qu’il y en ait un qui s’y colle. Tout le bureau devait assister à sa crémation. Non pas que nous ayons été tous proches de lui, mais c’était une trop bonne occasion de ne pas aller bosser. Comme on voulait faire les choses bien, on avait fait une collecte pour payer une couronne. Et un abruti avait suggéré que l’un de nous lise un texte en hommage à notre collègue. Tout le monde avait dit « Bonne idée ! » sans penser qu’il allait falloir... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 11:36 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
28 juillet 2006

blé

En se promenant sur la petite route derrière Keravel, on voit (voyait, ils sont en train de moissonner) plusieurs champs de blé avec au moins trois sortes différentes de blé (triticum en latin, gwinizh en breton). Je sais même comment on le dit en russe (ça faisait longtemps que j'avais pas été farfouiller dans des pages russes, hein ? Avant je le faisait plus souvent, tu te rappelles ? Va voir là par exemple). Donc en russe blé = Пшени́ца . La preuve : Je prononcerais ça pchenitza, mais j'en mettrais pas ma main au feu ...... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 22:06 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
24 juillet 2006

Un bonheur en lambeaux

"J'ai été frappé par cette évidence, qu'on écoute les mots, mais qu'on peut voir les voix, elles sont comme des fresques peintes sur l'écran du silence, d'où s'écaille la colère, la souffrance, les regrets, où le silence a sa propre couleur, le rire sa propre luminosité, la réflexion son espace ; quand je relirai mon journal des années plus tard, ce n'est pas grâce aux mots, mais grâce à ces traces invisibles, palpables, que je retrouverai cette soirée-là, et alors je comprendrai que cette soirée n'est rien, qu'elle est partie... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 22:08 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
29 juin 2006

la petite bulle de silence

L’autre nuit j’ai rêvé que je racontais une histoire à une classe d'enfants agités, et quand je me suis réveillée, l’histoire était déjà toute écrite dans ma tête (voilà qui va plaire à La Féline). A mi-chemin entre conte, poésie, divagation et rien du tout, voici l’objet, je le livre à votre bon vouloir. Et si un éditeur de livres pour la jeunesse passe par ici, qu'il mette un commentaire (et c'est quand tu veux, où tu veux). Edit du 5 juin 2007 : spéciale dédicace à madame Musique. Une petite bulle de silence s’ennuyait,... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 09:13 - - Commentaires [11] - Permalien [#]