20 septembre 2007

Romeo et Juliette II

Elle a raison Pepina : la critique est aisée, mais l'art est difficile ! Voilà pourquoi j'ai décidé de m'atteler à la traduction de Shakespeare. Et pour faire plaisir à mon trésor Yojik et à Kundun, je te fais une traduction mode "Audiard". Pour les esprits chagrins qui trouveraient que je ne me renouvelle pas beaucoup, et que le coup de la traduction qui fait rigoler que ma grand-mère je te l'ai déjà fait, je répondrai : "oui, peut-être, mais ça me fait plaisir". SCENE V. Capulet's orchard.Enter Romeo and... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 12:20 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

17 septembre 2007

Romeo et Juliette

J'ai déjà parlé de traduction (là entre autres), et je récidive, car la qualité de la traduction est primordiale pour apprécier un texte étranger. J'ai été dégoûtée de lire "Romeo et Juliette" à cause d'une traduction lourde comme un Paris-Brest de supermarché. La poésie de Shakespeare est assassinée, la traduction n'est plus qu'un fatras sans queue ni tête, incompréhensible parfois. Pour étayer ma démonstration, j'ai choisi un extrait connu (R. & J. viennent de commettre l'irréparable, mais ils sont mariés... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 18:28 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
02 août 2007

de l'importance de l'ordre

on, madame de K n'a pas viré à droite toute. Je me suis juste fait une petite réflexion en passant à propos du titre d'un livre de Julia Kristeva "Seule, une femme". Imagine la subtilité de la langue française : seule une femme, une seule femme, une femme seule. 3 mots, 3 possibilités, 3 significations. Et en ajoutant la virgule on augmente encore les possibilités : il y a une nuance entre "une femme, seule" et "seule, une femme". Ça m'a fait penser à L**, une jeune slovaque à qui j'ai donné des... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 10:43 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
22 juillet 2007

pour un flirt avec toi, je ferais n'importe quoi

a a commencé avec la lecture d'un commentaire dans un site sur "les liaisons dangereuses" (tu te rappelles ? c'était il n'y a pas si longtemps). Cet érudit anglophone (mais néerlandais semble-t-il) suggérait que l'aspect guerrier du champ sémantique relatif à l'amour (punaise j'cause riche aujourd'hui moi ... tu suis ?) pouvait nous induire à penser que flirter pouvait venir du fleuret (épée), et que "fleureter" (combattre au fleuret) avait donné flirt en anglais. Malheureusement, cette hypothèse séduisante est... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 18:07 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
12 juin 2007

en ce jour de BAC français ...

Madame de Keravel comme vous ne l'avez jamais vue !... Cliquez-donc là dessus si vous l'osez :
Posté par madamedekeravel à 10:35 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
19 mai 2007

sélénium

Ce matin au p'tit déj, je laissais mon regard bovin errer hagard sur la boîte de vitamines lorsque mon oeil s'est arrêté sur un mot : sélénium. Mon esprit embrumé a alors dérivé sur les sélénites, habitants supposés de la lune (Σελήnη (selene) = lune en grec). Comme je faisais part du cheminement de mes pensées à monsieur de Keravel qui émettait quelques borborygmes pour essayer de me faire croire qu'il m'écoutait buvait mes paroles subjugué, il me dit "c'est comme le virage au sélénium". Sachant qu'il ne parlait ni de moto... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 19:21 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

23 avril 2007

dépouillement

Pour illustrer le dépouillement, dans le sens de nudité, pureté, cet extrait du Dixit Dominus de Georg Friedrich Haendel, 1707. Cette version manque justement un peu de dépouillement à mon goût, mais dans ce domaine, il n'y a pas trop le choix chez Radio Blog ... dépouiller v. tr.  I. 1. Enlever la peau de (un animal). Dépouiller une anguille. ­ Par ext. Priver de ce qui couvre ou garnit. Dépouiller un temple de ses ornements. Le vent a dépouillé les arbres. ¶ v. pron. Ôter, perdre ce qui couvre. Se dépouiller de ses... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 10:42 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
16 mars 2007

yaourt

En écrivant une bêtise pour le blog de mademoiselle Pepina, j'ai trébuché sur un mot d'origine turque. Et tu peux chercher, des mots français d'origine turque y'en a pas des masses, mais y'en a ! Et c'est drôle les coïncidences parce que j'ai appris hier soir que le jeune T (un de mes petits voisins) parle couramment le turc. Or donc me voilà partie à la recherche, non pas du temps perdu, mais des mots français d'origine turque : bergamote (mmmm les bergamotes de Nancy !), bey, cafetan, chacal, chagrin, colback, cravache, divan,... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 15:36 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
22 janvier 2007

rasta

(je te mets le lien tout de suite pour que tu puisses lire en musique, tu comprendras plus tard pourquoi j'ai choisi cette chanson) Voilà qu'aujourd'hui s'écroule une croyance bien installée en moi depuis des lustres : rasta ne vient pas de rastaquouére ! Rastaquouère veut dire : individu, habituellement d'origine Sud-américaine, qui étale un luxe voyant et de mauvais goût et dont les moyens d'existence sont suspects (un nouveau riche dirait-on aujourd'hui). Son usage date de la fin du 19e siècle. Il est emprunté à... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 10:32 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
13 janvier 2007

Cieux mes maris ! (dit la polyandre)

Bon alors y'a NicMo qui me cherche ! (dans les commentaires de ma page du 10 janvier). Je suis donc obligée de faire une page sur les mots à double pluriel. En plus il donne une explication qui n'est pas la bonne ! Je ne peux laisser mes chers lecteurs (toi mon ange) dans l'erreur. J'ai déjà disserté sur les pluriels en aux ou même les pluriels en breton, mais pas sur les pluriels doubles de : - aïeul qui fait aïeuls (dans le cas de mes grands-parents) (qui ne sont pas nécessairement vivants, n'est-ce pas NicMo ...) ou aïeux... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 19:02 - - Commentaires [17] - Permalien [#]