ecriturePar un beau soir de juin, madame de K s'en fut dîner avec deux charmants jeunes hommes (hé hé) à Paris dans le quartier du Luxembourg. Après le repas, elle alla se réjouir les yeux en regardant une exposition de photographies accrochée sur les grilles du jardin par le Sénat. Et son œil fut agacé par un mot qui lui semblait utilisé hors de propos. Une des photographies était intitulée : "tonsure d'un jeune chameau par les touaregs". Et madame de K de se dire in-petto : "diantre ! ce jeune camélidé aurait-il l'intention de rentrer des les ordres !?...".

Une visite dans son dictionnaire en ligne préféré lui confirma (s'il était besoin) qu'elle avait raison : la tonsure est réservée à l'usage ecclésiastique, du moins depuis début du 16e siècle... Pour les moutons (ou les chameaux) c'est le mot tonte qui doit être employé.

Photographie 文 par monsieur de K

Cette histoire de poil se télescope avec un article lu le même après-midi sur un livre paru récemment Trichologiques par Christian Bromberger. Non, le blog de madame de K ne vire pas de bord, je ne vais pas te parler de tricot. Le sous-titre est "Une anthropologie des cheveux et des poils". La lecture du résumé donne envie de le lire !

Le mot tonsure / tonte me fait penser à d'autres choses, certaines désuettes, d'autres plus tragiques.

TifTondu   femme_tondue
(clique sur l'image pour agrandir, depuis le temps tu devrais savoir ça !)

Cette réflexion douce-amère clôture le compte-rendu d'une journée au poil !