Je ne vais plus m'aventurer à écrire des textes un peu politiques, je ne fais pas le poids pour répondre aux commentaires... (nan t'inquiète, je suis sûre que ça me reprendra, j'ai justement un sujet qui me titille la plume). Alors je retourne à l'écriture et à mon projet de nouvelles maritimes, remember ? c'était et . Et je te mets un peu de musique pour accompagner ta lecture : le Gloria de Vivaldi par Sara Mingardo.

Roscoff3Frotte frotte frotte. Pourquoi cet homme me crie encore dessus ? Il me dit de frotter, je frotte. Je tiens la brosse dure fort dans ma main et je frotte. Et quand il me dit mange, je mange. Et quand il me dit dors, je dors. Mais parfois si ça balance trop, je peux pas dormir, je remonte mes genoux sur ma poitrine et je gémis un peu, ça me berce. Les autres aiment pas quand je fais ça, des fois ils me frappent pour que j’arrête de gémir, alors je remonte mes genoux sur ma poitrine et je balance la tête mais c’est pas pareil. Maman m’a dit pars mon fils, monte sur ce bateau et pars. Elle avait des larmes dans ses yeux mais je sais pas si c’était de me voir partir ou d’avoir à me dire de partir. Pourtant j’ai toujours été sage et j’ai toujours travaillé dur pour lui faire plaisir mais je crois qu’elle était contente que je parte. C’est qu’elle était très occupée à donner du lait au petit frère et ça je peux pas le faire à sa place. Une fois j’ai essayé de faire dormir le petit frère comme elle fait en le remuant un peu mais je crois que je l’ai secoué trop fort. Le petit frère a hurlé et il était tout rouge et maman était fâchée elle était toute rouge aussi et après elle m’a dit monte dans le bateau. Et depuis quand je regarde je vois que de la mer partout. Je me plains pas c’est beau la mer même si des fois ça remue trop fort à mon goût. Mais je hurle pas comme le petit frère je gémis seulement mais les autres aiment pas ça.

Frotte frotte frotte. Des fois il fait chaud aussi mais on n’a pas le droit de se mettre tout nu. Si je me mets tout nu je prends des coups de bâton. Et des fois il fait froid et il faut mettre quand même les mains dans l’eau glacée et mes doigts sont tout crevassés et ça fait mal. Cet homme qui ressemble à ma mère me regarde en hochant la tête et des fois j’ai peur que lui aussi il me dise de partir mais il me dit frotte et il hoche la tête. Et si les autres me frappent trop et que je peux plus me lever il gronde les autres. Et il me gronde aussi alors je frotte. Frotte frotte frotte.

Une fois on a jeté l’ancre et il y avait un côté du bateau où on ne voyait pas que la mer. Il faisait chaud et l’air était doux autour de la peau. Et il y avait une grosse dame qui m’a serré contre elle. Elle avait des gros seins et c’était moelleux et la grosse dame elle riait et moi j’étais bien blotti contre elle mais après elle aussi m’a dit pars. Et après les autres ils ont ri aussi et tout le monde était heureux et moi j’étais content mais après on est partis et c’était de nouveau de la mer tout autour.

Quand je frotte des fois je regarde les grands oiseaux qui planent au dessus du bateau et dans ma tête je m’imagine que je suis un oiseau et je plane et je vois un petit bonhomme qui frotte le pont tout en bas et c’est moi. Et je ris tout bas de me voir aussi petit en bas et si je relève la tête je vois le monsieur qui ressemble à ma mère qui me regarde en hochant la tête et je lui souris parce que je crois qu’il m’aime bien. Frotte frotte frotte. Je suis un oiseau. Peut-être que si je vais très haut je verrais maman loin là bas.