Lecteur chéri et commentateur idolâtré, toi sans qui ce blog ne serait que l'ombre de lui même, pour te remercier de ta fidélité, je t'offre, en guise de bonus estival, de partager l'intimité de monsieur et madame de K durant une promenade au bord de la mer (oui, bien sûr, j'en vois une du coin de l'oeil qui espérait déjà que j'allais me lancer dans la photo cochonne ou la web-cam polissonne !...).Assoc

Mme de K (les mains en visière au dessus de son regard de braise) : c'est quoi cet oiseau noir qui vole au ras des flots, un cormoran ?

M. de K : je sais pas, je regardais les maçons*

M. de K (en s'asseyant sur la grève) : c'est tout moussu

Mme de K (toujours poète) : poil au nez

M. de K : tu vois l'île d'Ouessant ?

Mme de K : qui voit Ouessant voit son sang ! (vieux proverbe de marin d'Iroise)

La semaine prochaine, si tu es sage, je t'inviterai à partager l'intimité du couple présidentiel en promenade au bord de la mer (mais je t'assure c'est beaucoup moins
passionnant !)
.

*du côté opposé à la mer... pour ceux qui s'étonneraient de cet intérêt saugrenu, ou pour celle, toujours la même que je surveille du coin de l'oeil, qui allait suggérer que monsieur de K porte une attention déplacée aux ouvriers tatoués et bronzés, et en outre nus sous leur bleu de travail, pour tous ceux et celle-là donc je préciserai que monsieur de K est en train de refaire l'enduit de façade chez nous et ne loupe pas une occasion d'observer la méthode des professionnels de la profession.

Si la signification de la photo te turlupine, tu trouveras quelques explications .

Et si tu trouves que cette page est un peu flüchtig et nichtig, va relire ce que j'écrivais quand ma cervelle n'était pas liquéfiée par les vacances et écoute le premier mouvement de la cantate BWV 26 de Bach, ça te remettra en perspective dans l'immensité de l'univers.