J'ai encore fait la fille de petite vertu et je me suis vendue. Rien de grave quand même, je te rassure : c'estgeisha simplement que je me suis fait offrir deux livres à la condition d'en parler sur mon blog.

Le premier, par ordre chronologique, c'est le Dictionnaire amoureux des langues de Claude Hagège, offert par les éditions Plon / Odile Jacob et l'opération "Masse Critique" organisée par Babelio.

Tu t'imagines bien que je vais te parler de ce livre sans l'avoir lu en entier (700 pages tout rond, sans les annexes). Mais c'est mon sport préféré de parler de livres que je n'ai pas lus, remember ?

Donc c'est un livre sur les langues (si tu suis tu le sais déjà) et c'est un dictionnaire. C'est un dictionnaire amoureux aussi, mais ne va pas t'imaginer une quelconque photo coquine ni même l'évocation d'un baiser, le côté amoureux reste très intellectuel ! J'étais très tentée par le côté langue, mais je m'aperçois à la lecture que le côté dictionnaire m'agace. Ce que Hagège dit est très intéressant, mais c'est dans le désordre, pas rangé, en vrac. Un peu comme si dans ton armoire tu décidais de armoireBlancranger les affaires par couleur : une étagère blanche (tes chaussettes, les torchons, les assiettes, le lait, le papier pour l'imprimante), une étagère noire (les chaussettes de ton mari, le cirage, les cachous, les gants, la télécommande) etc. Tu vois le truc ?

Tu commences à lire le chapitre "Inaliénable" à la lettre I donc, et tu lis "Pour un hispanophone ou un francophone, l'opposition de l'exclusif et de l'inclusif  (voir exclure, inclure) est un phénomène exotique, mais une autre opposition l'est tout autant : celle qui distingue l'aliénable de l'inaliénable". Donc tu laisses l'index de la main droite à la page I, et de la main gauche tu cherches à la lettre E la page Exclure, inclure. Et si t'as le malheur de tomber sur "ceci cela (voir la page machin-bidule") (c'est un exemple hein) ben là t'es mal parce que t'as plus de main !guarani

Sinon quand même le gars Hagège, il t'en bouche un coin ! Il en sait des trucs, c'est étourdissant ! Il se pose des questions que tu t'étais jamais posées ; genre : quand je dis "nous allons partir en Australie" est-ce que la personne à qui on s'adresse va partir aussi en Australie (nous inclusif) ou pas (nous exclusif). Et il nous explique qu'en français, pas moyen de savoir, mais qu'en guarani ou en indonésien il existe deux formes du pronom nous qui expriment chacun des deux cas. Donc en passant tu t'aperçois qu'il connaît des tas de langues dont tu n'as jamais entendu parler (comme le tagalog, langue StatuetteSenoufoaustronésienne des Philippines, ou le sénoufo, famille gur, Côte d'Ivoire), mais qu'en plus il les connaît par le menu puisqu'il décortique leur grammaire !

Et c'est intéressant de voir comment en parlant de grammaire on arrive à analyser les relations des hommes entre eux, leur relation au monde et leur philosophie. J'aime !

Enfin, il y a quand même à la lettre E un chapitre intitulé Étymojolie, et rien que pour ça je lui pardonne son placard en bor bazar à ce monsieur.

Pour conclure, va lire à la fin les autres titres de la collection, je crois qu'il y a des choses intéressantes : Dictionnaire amoureux du vin, Dictionnaire amoureux des menus plaisirs (je me demande de quoi ça parle ???), Dictionnaire amoureux des dictionnaires (un méta-dictionnaire en quelque sorte !).

J'avais d'autres choses à dire, mais je crois que tu en as assez pour aujourd'hui, non ?