mistryJe crois que je vais encore te casser les pieds avec un compte-rendu de lecture, mais ça s'enchaîne merveilleusement avec la page précédente.

Je suis en train de lire Une simple affaire de famille, par Rohinton Mistry traduit de l'anglais par Françoise Adelstein, et je me régale !

Je ne sais pas si c'est de la littérature, mais ça c'est une histoire !

Il s'agit d'un vieux monsieur indien (plus précisément un parsi de Bombay) qui est balloté entre ses enfants et ses beaux enfants qui ont du mal à assumer sa prise en charge. Les Parsis sont des Perses zoroastriens qui ont immigré en Inde au 8e siècle pour fuir l'invasion de la Perse par les Arabes. Ils forment une minorité très fermée dans la société indienne. Ce roman permet donc de voyager doublement en Inde et dans la communauté parsie.Boubat

Quand tu ouvres le livre ça sent le curry, la cardamone (ou cardamome ?) et le bois de santal. Et les sentiments ou façons de voir des personnages sont tellement bien décrits que quand tu sors de là tu vérifies si ton sari est bien épinglé autour de tes hanches (enfin moi ça me le fait, pour un garçon ça sera peut-être différent... teste et raconte-nous !)

Donc c'est la parfaite illustration du genre de livre que j'aime : ça se lit facilement, on apprend des choses, on vit la vie de personnages hors du commun et on prend du plaisir. Mais promis, je réessaierai Céline ! (je parle de Louis-Ferdinand, pas de toi Céline !)

Oui, je sais, j'ai déjà parlé de littérature indienne, et j'ai déjà utilisé cette merveilleuse photographie d'Edouard Boubat. Mais elle est merveilleuse, non ? Et elle fait un joli effet miroir avec la couverture du livre. De toute façon, je suis chez moi, je fais ce que je veux !

PS : ce livre m'a été offert par les Editions Livre de Poche (en partenariat avec le site Blog-O-Book) en échange de la publicatrion d'une critique. Et à ceux qui tordraient le nez en se plaignant que je me suis vendue (mais si ! je te vois venir !) je réponds que pas du tout ! et que c'est un échange gagnant-gagnant.