Si ce crabe avait pu imaginer qu'il aurait fini brisé et désarticulé dans mon assiette, voisinant avec de la mayonnaise, du pain craquant et un petit verre de blanc, tu crois qu'il aurait perdu le goût de vivre ?

Et pour accompagner cette pensée profonde, une musique qui te donne la chair de poule et plante ses griffes dans ton coeur jusqu'à te faire aimer la vie : la cantate "Weinen, klagen, sorgen, zagen" (pleurer, se lamenter, se faire du souci, hésiter ?) de Jean Sébastien Bach BWV 12. Ecoute surtout le 2e morceau (choeur à 2'40"). Si tu n'es pas ébloui de bonheur je te rembourse.

Et pour finir une petite citation de Cioran (que j'ai déjà affichée chez Loïs de Murphy) :
S'il y a quelqu'un qui doit tout à Jean Sébastien Bach, c'est bien Dieu.