Petite précaution en préambule pour ne pas avoir d'ennuis avec monsieur de Keravel : barbara
ce qui suit est une fiction, une exagération poétique, une métaphore. Tout carambolage avec la réalité est fortuit. Ma plus belle histoire d'amour c'est toi.

En lisant tu peux écouter ça. Si tu n'as pas les poils des bras qui se soulèvent et des frissons dans la nuque, c'est que t'es irrémédiablement irrécupérable (woaw !).

Mais quel plaisir retire-t-elle a faire un blog ? Bien sûr, il y a écrire "qui m'est aussi nécessaire que respirer" etc. Quoi que ... pourquoi elle écrit pas à sa grand-mère sinon ? Ou pourquoi elle finit pas ce roman qui fera d'elle la nouvelle coqueluche du monde littéraire ?

Et quand elle y réfléchit, ce qu'elle aime dans le blog, c'est toi ! Et ses pages ne seraient rien sans les commentaires qui vont avec. Et elle a de la chance d'avoir des commentateurs si fins et si drôle. Et merci !

Du plus loin, que me revienne,
L'ombre de mes amours anciennes,
Du plus loin, du premier rendez-vous,
Du temps des premières peines,
Lors, j'avais quinze ans, à peine,
Cœur tout blanc, et griffes aux genoux,
Que ce furent, j'étais précoce,
De tendres amours de gosse,
Ou les morsures d'un amour fou,
Du plus loin qu'il m'en souvienne,
Si depuis, j'ai dit "je t'aime",
Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous

Qu'importe ce qu'on peut en dire,
Je tenais à vous le dire,
Ce soir je vous remercie de vous

Barbara