Voilà quelques éclaircissements sur la maturation des garçons, qui passent 4 étapes avant de devenir des hommes, sur le plan amoureux du moins.

éphèbe d'Agrigente - Sicile - 5e siècle avant JCAvant de t'expliquer, il faut que je cite mes sources : "Porporino" de Dominique Fernandez. Je t'a déjà parlé de cet écrivain (si si, c'est ). Je n'avais pas trop goûté sa leçon de littérature, mais ce roman je l'ai bien aimé (en réalité je ne l'ai pas encore fini, mais je suis aux 2/3 donc assez loin pour savoir que j'aime et que je vais le finir) (pas comme Marguerite Yourcenar, parce qu'il faut que je t'avoue : celui-là je ne l'ai jamais fini ...).
Et pour que tu puisses apprécier comme il se doit l'humour du monsieur (et que tu ne commences pas à me taxer d'homophobie primaire), il faut que tu saches que Dominique Fernandez est homosexuel revendiqué, et néanmoins académicien depuis mars 2007.

Pour dire toute la vérité, D.Fernandez parle des filles et des garçons, mais ce qui concerne les filles n'est pas très intéressant (celui qui ricane au fond en se cachant derrière ses petits camarades sera privé de récré !). J'ai résumé, mais ses mots à lui sont bleus et en italique (et pour un agrégé d'italien comme lui, c'est quand même la moindre des choses ...).

Les 4 étapes sont donc :
1 - les deux objets, masculin et féminin, exercent la même attraction
2 - le sexe similaire perd son pouvoir d'attraction (...). C'est l'époque où le garçon soupire après n'importe quelle fille et rougit dès qu'il doit lui parler
3 - bientôt, l'impulsion se spécifie davantage et se concentre sur un type particulier, il préfère les blondes (ou les brunes qui comptent pas pour des prunes), puis les blondes aux yeux bleus (s'il préfère les blonds aux yeux rouges c'est qu'il est zoophile), puis les blondes frisées aux yeux bleus 20-25 ans 165-175 cm etc.
4 - il rencontre la femme de sa vie (moi si tu t'appelles Robert Redford, ou D.A.) dont la rencontre marque l'aboutissement de cette quête et la victoire lumineuse de l'esprit sur les ténèbres. (ah tu vois ! les hommes bien sont monogames et fidèles !)

buste

Conclusion de D.Fernandez : les homosexuels restent bloqués à la phase 1, les Napolitains du 18e siècle et la plupart des hommes que je connais (et toi aussi, oui toi, tu crois que je t'ai pas vu ?) à la phase 2, purement générique, et qui apparente leur vie amoureuse à celle des animaux, et monsieur de Keravel à la phase 4 (mais il est obligé sinon je lui crève un oeil).alexandre

Il faut quand même que je continue un peu (tu arrives encore à suivre ou t'as besoin d'une pause ? bel effort ! donc je continue) sur les homosexuels : Si tu m'as bien compris, je ne condamne pas la pédérastie au nom d'un préjugé indigne de notre siècle. Je la condamne parce que l'homme qui s'y adonne s'attarde dans une phase primitive de son développement, au mépris du devoir que lui assigne sa qualité de mammifère biologiquement et intellectuellement supérieur. Si l'humanité veut s'élever vers son accomplissement et se montrer à la hauteur des espérances que Dieu a reposé en elle, que chacun (...) prenne conscience du rôle qui lui est fixé. Les peines devraient être moins lourdes pour celui qui a fait un pas en avant, qui est passé de l'étape 1 à l'étape 2. Mais enfin, que l'homme aussi éloigné de la perfection humaine que le napolitain (étape 2) (...), sache qu'il devra un jour rendre compte (...) devant le tribunal des lumières.