24 juillet 2006

Un bonheur en lambeaux

"J'ai été frappé par cette évidence, qu'on écoute les mots, mais qu'on peut voir les voix, elles sont comme des fresques peintes sur l'écran du silence, d'où s'écaille la colère, la souffrance, les regrets, où le silence a sa propre couleur, le rire sa propre luminosité, la réflexion son espace ; quand je relirai mon journal des années plus tard, ce n'est pas grâce aux mots, mais grâce à ces traces invisibles, palpables, que je retrouverai cette soirée-là, et alors je comprendrai que cette soirée n'est rien, qu'elle est partie... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 22:08 - - Commentaires [9] - Permalien [#]